Dessin d'un abri bricolage pour tortes - Blitzen

Abri tortue : comment le faire gratuitement, en 5 étapes

6 min read

Prémise sur l’abri pour tortue ideal

« La tortue a dit à Zeus: » Je veux une maison qui est seulement pour moi, pour que je puisse y vivre ! « . Zeus a répondu: « Tu auras ta propre maison, mais à l’intérieur il y aura que toi ! » (Aesop)

 

Est-ce qu’une tortue a besoin d’une maison ? Oui, bien sûr, puisqu’elle en avait demandé une directement à Zeus. Nous sommes habitués à considérer sa coquille comme une petite maison, mais ce n’est pas comme ça: la coquille est une curasse qui protège son corps des ennemis, mais elle ne le protège pas de la chaleur, ni du froid.

Bref, si vous voulez créer un environnement idéal pour votre tortue, vous devez lui garantir un abri pour tortue bien protégé. Personnellement, je ne recommande pas les abris en plastique, car ils isolent mal de la température extérieure. Mes matériaux préférés sont le bois et la terre cuite et je peux vous assurer que dans les deux cas vous pouvez faire de beaux abris. La maison en bois, cependant, exige un certain manuel, beaucoup d’effort et la recherche du matériel. Voulez-vous préparer un abri d’été sans avoir à couper du et utiliser des clous? Ne vous inquiétez pas, car j’ai une belle solution pour vous: il suffit d’un joli pot en terre cuite, d’une petite zone qui peut être creusée dans votre terrarium et d’un peu de terre.

Connaissez-vous les hobbits? Les bonhommes tous petits de l’épopée « Le Seigneur des Anneaux » ont des maisons confortables sous la terre avec une belle porte ronde. Leurs maisons ont inspiré cet abri de tortue, obtenu avec un pot en terre cuite à moitié enterré.

Un pot en terre cuite, en effet, est parfaitement étanche et peut réparer merveilleusement de la pluie. De plus, ce matériau est un excellent isolant: il absorbe la chaleur très lentement et la libère tout aussi lentement. De plus, l’isolation de notre maison est encore augmentée par une couverture de terre qui peut garder l’intérieur encore plus frais en été et encore plus chaud en hiver.

Trois prémisses:

  • Il existe d’innombrables solutions valables. Ce que je propose est le résultat de mon expérience personnelle, mais n’hésitez pas à adapter le projet à vos besoins, votre espace, votre goût et votre tortue.
  • Attention aux dimensions. Les mesures que je propose ici sont excellentes pour les tortues européennes communes qui ne dépassent généralement pas le poids d’un kilo, mais il y a des tortues beaucoup plus grosses. Bref, si vous avez une tortue géante des Galapagos, les mesures doivent être adaptées.
  • Attention au contexte. Il est inutile de faire une belle maison si l’espace qui l’entoure n’est pas optimal. Les tortues ont besoin de lumière, d’herbe, de buissons, de terre et d’eau. Cliquez ici pour créer un espace parfait.

Passons maintenant à notre maison de tortues. Voyons ensemble comment obtenir un refuge d’hypogée de la plus haute qualité, en cinq passages.

1ière étape : choisissez un beau vase

La première chose à faire pour votre abri tortue « hobbit » c’est de choisir un joli vase classique, avec la base plus petite de l’ouverture. A propos, les amphores ne sont pas bien, car elles font stagner l’eau qui se forme avec l’humidité ou la pluie. Vous pouvez choisir la taille en fonction de votre tortue: pour un adulte, un vase de 40 cm de diamètre est parfait. Moi, par exemple, j’ai des tortues femelles de quarante ans, bien développées ; j’ai donc opté pour un vas assez grand, avec un diamètre de 40 centimètres.

Cependant, cette taille serait peu utile pour les jeunes tortues, pour lesquelles un pot de 20 cm de diamètre serait suffisant. La hauteur idéale du vase est environ deux fois la longueur de votre tortue plus ou moins. Juste pour vous donner un exemple, pour un spécimen adulte de Testudo femelle, je recommande 40 cm de hauteur environ.

Le pot en plastique peut-il être bon? Eh bien, disons que ce n’est pas le choix optimal. Le plastique, contrairement à la terre cuite, est un très mauvais isolant: pendant la nuit il est incapable de retenir la chaleur tandis que pendant la journée il devient très chaud au soleil. La terre cuite, c’est beau et, ce qui est plus, c’est un isolant fantastique.

 

2ième étape : enterrez la moitié du vase

Vous avez choisi le vase parfait, donc il est temps de le placer dans votre terrarium. Tout ce que vous avez à faire est de creuser un trou profond d’au moins la moitié du diamètre du vase. Si vous voulez vraiment de la haute qualité, faites un trou un peu plus profond et mettez une couche (2 ou 3 centimètres) de cailloux et de sable: cela permettra à l’eau de mieux s’écouler et d’éviter la stagnation.

À ce stade, posez votre vase. Si vous le pouvez, mettez-le avec l’axe central parallèle au niveau du sol. De cette façon, vous garderez la pente du pot vers l’extérieur et l’eau pourra s’écouler naturellement à l’extérieur, sans ennuyer votre tortue. Pour réaliser cet effet, il suffit de mettre un peu plus de terre et de cailloux dans le trou à l’arrière du vase, afin d’obtenir une épaisseur.

Une fois cela fait, nous devons mettre la terre dessus. Tout d’abord, mettez la terre sur les côtés du pot, à l’extérieur, afin de le bloquer et de le rendre ferme. Enfin, remplissez votre abri avec de la terre molle, couvrant jusqu’à la moitié de son diamètre (ou légèrement moins). Rappelez-vous que la hauteur de l’ouverture doit permettre à votre tortue d’entrer facilement, sinon elle ne pourra pas se réparer elle-même, alors laissez un espace libre d’au moins 20-25 centimètres.

C’est fait ? Superbe ! Votre abri est déjà parfait, sachez-le. Les tortues aiment le contact avec la terre: en hiver elles creusent un petit trou pour l’hibernation, tandis que dans les mois les plus chauds elles peuvent se couvrir de terre à l’ombre. Votre petite maison permet tout ça et vos tortues vous seront sûrement reconnaissantes.

 

3ième étape : couvrez le pot de terre

Voulez-vous obtenir un résultat incroyablement performant? Puis couvrez entièrement votre vase de terre, ne laissant libre que le côté de l’entrée. La terre, en effet, est un isolant extraordinaire: les structures hypogées conservent la même température tout au long de l’année. C’est évident que vous ne serez pas en mesure de mettre des mètres de terre au-dessus de votre abri, mais avec une épaisseur de 10 à 15 centimètres, vous pouvez obtenir des résultats superbes.

L’épaisseur maximale du sol sera au fond de votre pot, tandis que l’épaisseur minimale sera à l’approche de l’ouverture. Pour que cela soit stable, essayez de rendre la pente aussi douce que possible.

 

4ième étape : un abri tortue avec le toit-jardin

Le moment est venu pour une petite touche de grande classe: le toit-jardin. Les architectes les plus à la mode, quand ils veulent être encore plus à la mode, mettent du vert sur les couvertures. Dans notre cas, cette astuce peut faire de notre abri un chef-d’œuvre: l’herbe et les fleurs, en effet, augmenteront encore plus l’isolation interne et offriront aussi de la nourriture à notre tortue. Il peut être difficile d’empêcher notre Testudos de tout détruire avant que l’herbe ne pousse, c’est cela il peut être utile de mettre des mottes d’herbe mature. L’effet, cependant, peut être vraiment extraordinaire, à la fois pour la tortue qui va habiter l’abri, et pour vous qui l’observez: un toit vert avec des herbes qui poussent va être une merveille.

 

5ième étape : coupez le ruban

C’est fait ! Le jour de gloire est arrivé : devant un public d’amis et de tortues ravis, coupez le ruban et inaugurez votre chef-d’œuvre. Avec seulement quelques euros et peu de temps, vous avez un abri d’été avec une très haute qualité fonctionnelle, thermique et esthétique. Pour la grande joie de ta tortue.

Nous voici à la fin de notre petit voyage ensemble. Si vous avez des suggestions qui peuvent aider ceux qui, comme vous, doivent faire un bel abri pour tortues, merci de laisser votre commentaire ici: vous êtes les bienvenus.

Nous nous reverrons mardi prochain. Ciao !

 

 

 

alberto blitzen
ARCHITECTE

Je suis architecte et j’étudie l’habitat des animaux. J’ai vécu parmi les bois de France, les sables du Moyen-Orient, les canaux de Venise et les lumières de Paris, avant de retourner au bercail.

Le bercail est sur les belles collines du lac de Garde, entouré par des châteaux, des contes de fées et des cyprès. C’est bien là-bas que je raconte mes histoires et fais mes dessins des chats, des chiens, des mystères, des légendes, des hérissons et des chauves-souris.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.